15 févr. 2018

Les Royaumes d'épines et d'os, tome 1 - Le Roi de bruyère




        Dans le royaume de Crotheny, deux jeunes filles jouent dans les jardins luxuriant de la cité sacrée des morts. Fuyant un agresseur imaginaire, la téméraire princesse Anne et sa compagne découvrent la crypte inconnue de la légendaire reine ancestrale, Virgenye Dare. Dans les profondeurs de la forêt, alors qu'il enquête sur le massacre d'une famille innocente, le forestier du roi, Aspar White, se fraye un chemin à travers un labyrinthe de saules immémoriaux, et se retrouve face à face avec une bête monstrueuse qui n'existait que dans les légendes et les cauchemars. Au même moment, un jeune prêtre lettre entame son apprentissage de la nature du mat grouillant sous la surface d'une terre apparemment paisible. La famille royale est elle-même bientôt confrontée à une trahison que seule la sorcellerie aurait pu accomplir. Crotheny, la nation la plus puissante de la planète, est en danger : le Roi de bruyère, annonciateur d'apocalypse, s'est éveillé de son sommeil. Ainsi débute la geste des Royaumes d'épines et d'os, une saga épique de guerre et de vertu, de sorcellerie et de maléfices...


Pourquoi ce livre ? Cela faisait plusieurs années que j’observe ce livre intriguant quand je passe à la bibliothèque de ma commune, sans oser l’emprunter en raison de son épaisseur   . Finalement mon homme fut le coup de pouce attendu pour passer le cap et je dois dire que je ne peux que l’en remercier !

 Que dire hormis que ce livre se lit tout seul ! Une belle brique, c’est un fait certain, et c’est un détail qui en rebutera plus d’un. Et pourtant, cette petite merveille se lit toute seuleLes mots coulent sous nos yeux avec délectation, révélant une histoire pleine de rancœur et de trahison.
 Car oui, Le Roi de Bruyère recouvre les grands thèmes de notre bonne vieille Fantasy. En tant que lecteur nous sommes projetés au cœur du royaume de Crotheny, dirigé par Guillaume et son épouse Murielle. Tout se porte à merveille, si ce n’est une princesse un peu trop farouche et un prince, frère du roi, un peu trop caractériel. Difficile de gérer les humeurs des uns et des autres, surtout quand une malédiction et une vieille légende s’en mêlent.
 Tout cela se déroule relativement rapidement. L’auteur nous fait prendre la température de chacun de ses personnages, les situant dans un contexte avant de lancer véritablement son intrigue. J’ai grandement apprécié cela, ça a permis de situer chacun d’eux selon leur fonction, leurs relations ; de fait, cela m’a permis de les assimiler et de m’attacher à eux très rapidement, ce qui est un point fort vu que ça n’arrive pas souvent.
 Si le début est lent et languissant, la suite s’emboîte dans une succession de mystère et d’imprévus qui font que nous devenons incapables de lâcher le bouquin. L’action n’est pas forcément au rendez-vous, si ce n’est à la fin. Mais je vous assure que le roman regorge d’autres points forts qui vous feront craquer.
 Le livre ne fourmille pas de descriptions, tout du moins pas à la tolkienienne. Néanmoins nous sommes capables de visualiser correctement les différents milieux dans lesquels nous évoluons, que ce soit la forêt de Crotheny, gardée par le garde chasse royal Aspar White, ou encore le palais.
 Et pour tout vous dire, la fin vient trop rapidement. Les choses s’accélèrent, l’intrigue et les personnages prennent tout leur sens, les rebondissements en tout genre s’enchaînent… Bref cela devient magistral ! Et pfiou, cela s’arrête brusquement, parce que nous avons déjà avalé la brique de 780 pages et que les meilleures choses ont une fin… Mais j’ai déjà formulé à Monsieur mon intention de lui piquer le second tome prochainement !

 J’ai également beaucoup apprécié l’alternance des points de vue. Un coup nous sommes au palais avec Guillaume et sa famille, un coup nous sommes dans la forêt avec Aspar White, un coup nous sommes dans un monastère avec Stephane… Ce choix crée du rythme là où il en manquerait tout en apportant du mystère et de la tension entre deux, parce que parfois l’auteur a cette manie de nous arrêter en pleine révélation et… ça a de quoi frustré !

 Comme je le disais, les personnages peuvent paraître foule mais l’auteur nous les présente successivement de sorte que nous les intégrions au fur et à mesure sans aucune difficulté.
 Aspar White est le garde forestier du roi Guillaume et prend sa tâche à cœur avec tant de vertu qu’il en est devenu un véritable ours bourru. Accaparé dès le début par une rumeur qui court, il préparera ses armes et son courage pour atteindre le cœur du problème, même s’il devine que cela peut lui coûter bien plus que la vie. Il ne sera pas seul dans cette aventure puisque la fière Winna, rencontrée comme aubergiste au premier abord, le suivra contre le gré de l’Ours. Mais que voulez-vous, quand une femme a une idée en tête, hein, elle ne l’a pas ailleurs comme on dit par chez nous.
Stéphane Daringe est un jeune frère un peu pédant, pas forcément condescendant mais qui sait avoir du potentiel en matière de langue morte et qui ne se prive pas pour le montrer. Rien d’agaçant en soi, cela reste très léger dans l’intrigue en elle-même. Mais pour le chef du monastère, c’est très marquant alors Stéphane évolue, prend sur lui voire se replie sur lui-même.
 Anne est un peu plus agaçante, même si cela reste très modéré. Indépendante et rebelle, elle est un peu comme l’héroïne Disney Brave – et en plus c’est également une rouquine ! Toutefois ses parents vont l’envoyer dans un lieu prédestiné à la rendre plus qu’intéressante et je dois dire que j’ai grande hâte de lire ce qu’elle va devenir par la suite !
 Neil, le jeune homme écuyer sans espoir qui devient chevalier de la garde personnelle de la reine Murielle. Une ascension spectaculaire qui ne changera en rien son tempérament. Courageux, preux, il incarne la figure du chevalier médiéval que l’on se représente aujourd’hui.
 Et puis y’a tous les personnages qui touchent à la famille royale : Guillaume le timoré, Murielle la puissante, Fastia la chieuse (si je puis dire), Robert l’ambitieux, Lesbeth l’amoureuse, Austra la servante… Tout un monde que l’on prend plaisir à découvrir.

 Je dois dire que je suis incapable de déterminer qui est mon personnage préféré. Ils sont tous différents dans leur caractère, leur fonction, on s’attache forcément à eux. Enfin je suis gênée par cette indécision, mais là ils sont tous suffisamment approfondis et maîtrisés pour que tout soit équilibré, parfait.

 La plume est géniale. Légère, elle accompagne ce moment de lecture avec une douceur sans nom. Pas mal de détails sans que cela prenne la tête, j’ai vraiment eu l’impression de lire un Fetjaine mais en beaucoup mieux.


     Ce roman ne passe pas loin du coup de cœur et je dois dire que je ne connais pas encore la raison de ce petit loupé. Tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un excellent moment : les personnages sont parfaitement maîtrisés, le décor est bien planté tout comme les différentes institutions de l’univers, et l’intrigue se jalonne progressivement pour gagner en rythme et en rebondissements. La fin est une souffrance, elle stoppe net notre souffle alors même que tout devenait littéralement passionnant… Il me faut la suite, voilà, c’est tout !



18/20




Les autres titres de la saga :
1. Le roi de bruyère
2. Le Prince charnel
3. Le Chevalier de sang
4. La Dernière Reine
- saga terminée -


2 commentaires:

  1. J'avais adoré cette série !!! Et tu verras le niveau ne descends pas, sauf peut-être légèrement pour le dernier tome.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chut, je ne retiendrai pas cet avis légèrement négatif sur le dernier tome pour ne garder que le meilleur avec ce qui va suivre =D J'ai vraiment hâte de découvrir ce que l'auteur nous réserve !

      Supprimer