28 oct. 2015

Contes des Royaumes, tome 3 - Beauté




Synopsis :

            Cette fois, c'est l'histoire de la Belle au Bois Dormant qui va se prendre un petit coup de neuf ! Bien sûr, on y retrouvera tous les éléments classiques de ce conte (le beau prince, la terrible malédiction, la jeune fille endormie et le château hanté) mais de nouveau revus à la sauce moderne ! Toujours aussi drôle et sexy.




Mon avis :

            Enchantée par la lecture du second tome, j’ai enchaîné sur ce tome final sans attendre pour enfin terminer cette saga (ça en fera au moins une de faite dans toutes celles entamées !).

            Comme son prédécesseur, cet opus est l’occasion de marier divers contes connus de notre enfance, comme la Belle au Bois Dormant mais également, la Bête et la Bête, le Petit Chaperon rouge, etc. Si j’ai eu peur que ce flot de récits entraîne un effet brouillon calamiteux, avec un lecteur (moua) perdu dans les détails de tous ces contes, l’auteure maîtrise assez bien son sujet pour ne pas nous perdre dans cette broussaille. Ainsi, si certaines choses étaient prévisibles dans cette intrigue, d’autres m’ont étonnement surprise, si bien que mon intérêt allait crescendo au fil de ma lecture.
            Je fus quand même un peu plus mitigée quant à la « prolifération » des relations amoureuses. Certaines sont logiques, coulent de source (nous sommes dans un conte, et il est difficile de l’oublier). Cependant, d’autres sont un peu surprenantes, allant jusqu’à réécrire des contes célèbres. Si cela confère une tournure ironique et un joli bras d’honneur à la morale prédéfinie, il n’en reste pas moins que ce n’est clairement pas une lecture pour les lecteurs masculins.
            Et comme dans tout conte qui se respecte, heu… non, oubliez ça. Parce que si la fin est positive pour certains des personnages, alors qu’ils peuvent rentrer paisiblement au bercail avec le sentiment d’avoir accompli leur quête avec brio, il n’en reste pas moins que cette fin est triste pour d’autres. C’est le goût du sacrifice qui nous est révélé ici.

            Je n’ai pas envie de trop m’attarder sur les personnages car cela risquerait de spolier méchamment l’œuvre.
            On retrouve quand même la reine Belle et le prince, qui forme un couple équilibré où se mêlent envoûtement et schizophrénie. Si le premier intervient souvent dans les récits merveilleux, le second accentue cet effet de modernisation des contes.
            On découvre également le Petit Chaperon rouge et son amant, qui n’est vraiment chose pas courante dans les contes. Mais je ne peux pas vous en dire plus, héhé !
            Enfin, les autres personnages sont mis au service des intrigues royales et politiques, avec toujours cette séparation clairement délimitée entre le bien et le mal. Rien de très original dans cet aspect-là de l’intrigue.

            Le style est aussi léger que dans les deux précédents tomes, et j’ai pour ma part apprécié ce mélange de familiarités dans les termes, vifs et piquants. Bien sûr, ce n’est pas un style auquel on s’attache tous les jours, mais une fois de temps en temps cela fait du bien !

            Dans l’ensemble, j’ai adoré cette réécriture de contes. L’auteure fait la part des choses en respectant certains éléments clés de ces derniers tout en modernisant l’ensemble avec nos valeurs et nos coutumes actuelles, si bien que chacun peut se glisser dans la peau d’un ou des personnages. Cela n’est peut-être pas la saga de l’année, encore moins du siècle, mais j’ai apprécié la découvrir.

            En conclusion, ce conte est une fois de plus l’occasion de mélanger les récits qui ont bercé notre enfance, tout en le modernisant avec des valeurs de notre époque. Si les personnages sont parfois très blancs ou trop noirs, la plupart n’en sont pas moins attachants. Une bonne fin de saga.





Les autres titres de la saga :
1. Poison
2. Charme

3. Beauté
- saga terminée -

Aucun commentaire:

Publier un commentaire