13 avr. 2017

L'infini + Un

  



Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n'est rien, n'a rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. Il ne demande qu'à avoir sa chance. Un acte de compassion et quelques coïncidences plus loin, et voilà ce garçon et cette fille que tout oppose engagés dans un périple qui pourrait aussi bien les transformer que les anéantir.


      Cette chronique va sûrement contenir quelques spoils, je m’en excuse par avance.

     Sélectionné en guise de gage dans un challenge auquel je participe (Des gages ta PAL), j’en étais encore à me demander pourquoi j’avais bien pu acheter ce livre. La couverture est magnifique et la dernière phrase du résumé tentant mais… J’appréhendais énormément ce roman, et je ne fus pas déçue (dans le sens où j’avais raison d’appréhender, vous suivez ?).
      
      Avant tout, je souhaite prévenir que je n’ai pas réussi à tout lire. J’ai atteint les 40% du livre lorsque j’ai compris que ce livre allait encore me voler mon rythme, qui peine déjà à se stabiliser. Je n’avais pas l’envie de repartir dans une panne sèche, alors que je reprends seulement goût à ouvrir un livre, entamer une énième histoire. Alors je suis allée directement voir la fin, les dix derniers pourcents, afin de connaître le fin mot de cette romance.

       Comme le révèle l’intrigue (et comme le laisse entendre la couverture aussi), cette intrigue aborde la rencontre entre deux jeunes adultes que tout oppose, si ce n’est un besoin profond de fuir. Le passé, leur travail, ce qu’ils sont. Cette même blessure propre à chacun va les rapprocher, ils vont s’apprivoiser, pour le meilleur et le pire.
       Le début nous plonge dans le bain assez rapidement, ce qui est un bon point. Je me voyais mal supporter la vie d’une starlette sur une cinquantaine de pages et en parallèle celle d’un garçon troublé. Et puis malgré les kilomètres avalés, les quelques obstacles que rencontrent les deux personnages, les têtes rencontrées au fil de leur voyage, j’ai fini par ressentir de l’ennui. Je pataugeais dans le livre sans réussir à apprécier l’intrigue.
       Je suis donc allée directement aux 90% (et j'en suis pas fière... Les enfants, ne faites pas ça chez vous !). Je peux juste vous dire qu’il faut s’accrocher, qu’il y a forcément de l’action à un moment ou à un autre, que c’est un road trip donc l’auteure retransmet forcément la langueur d’un voyage en voiture, surtout en Amérique. La fin est pleine de rebondissements même si elle n’est que trop prévisible. Cela a beau s’arrêter sur une chute, le lecteur devine très bien ce qui s’y passe derrière.

       Un point qui m’a énormément chagriné repose également sur les noms et les homonymes. L’auteure a légèrement pris ses lectrices pour des abruties à toujours se concentrer sur ce point-là, ça a fini par me sortir par les trous de nez…

       Bonnie m’a fatiguée trop rapidement. Elle a le portrait-type de la fille que je ne supporterai pas en tant qu’amie. Pourtant, elle est loin d’incarner la star qui ne parle que d’elle, c’est bien plus complexe que cela. Elle vient en aide au premier venu même si elle ne récolte que des problèmes par la suite. Elle n’apprend rien de son expérience. Qu’elle soit blessée au plus profond d’elle n’excuse en rien certaines choses, que je ne parviendrai pas à définir.
       Clyde est bien plus attirant, ce qui n’est si étonnant vu que ce livre se destine aux filles (je ne suis pas sexiste, mais faut bien se faire une raison). Un poil ténébreux, du cynisme à toutes les sauces, pimenté avec du mystère et vous obtenez un plat servi et prêt à être dévoré. C’est surtout le cynisme qui m’a bien plu, un humour spécial, assez noir.
        J’ai détesté comment leur relation bascule trop rapidement. La scène du premier baiser est juste une grosse blague. On ne l’attendait pas, pas à ce moment-là, et encore moins avec cette ardeur. J’avais l’horrible impression de lire un livre pour midinettes… Et le mariage est une magnifique blague en soi mais soit...

       Le style est très fluide et se lit tout seul, ce qui est un grand plus, pour le peu qu’on aime l’histoire. Pourtant ça ne m’a pas non plus transcendé, restant même sur ma fin. J’avais lu je ne sais plus où que sa plume était géniale, je me pose encore la question de l’âge de la source. Pardon à cette personne, mais la plume est assez commune…
       Je dois dire que la raison du titre m’a bien plu, en revanche. Je ne m’attendais pas du tout à cela et finalement, cette équation est la plus à même de correspondre au livre. 
  

       Ce livre n’aura pas eu l’effet tant attendu sur moi. Trop de trop, rien n’était réalisme et aucun élément du livre n’a su me faire rêver. Les personnages ne sont pas creux et savent dégager de l’empathie ou de la compassion, pourtant je n’ai pas su apprécier leur situation, leur road trip. Puis toujours revenir sur leurs homonymes m’a franchement achevé. Je ressors franchement déçue de ce bouquin alors même que je n’attendais pas grand-chose au départ…



07/20


2 commentaires:

  1. Lors de sa sorti je l'avais vu partout et pourtant il ne m'a jamais tenter... vu ce que tu en dis j'ai bien fais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est qu'un avis parmi tant d'autres, beaucoup ont frôlé le coup de coeur, on peut le voir sur Livraddict. Simplement, les romances ne sont pas mon genre de lecture par excellente et là... ça a frôlé le pompon :P

      Supprimer