30 janv. 2018

Il y a un robot dans le jardin




          Ben est peut-être en train de laisser passer le train de sa vie. Vivant sur l’héritage de ses parents, il regarde, impuissant, sa femme avocate s’éloigner de lui. Loser ? Et puis, un matin, Ben trouve un robot dans son jardin. Un adorable petit machin de ferraille qui, assis dans l’herbe, contemplant des chevaux, éprouve toutes les peines du monde à expliquer ce qu’il fabrique ici. « Débarrasse-nous de ce truc ! » exige sa femme en substance. Mais, pour une raison qu’il a du mal à s’expliquer lui-même – et au moment où Amy, à bout de patience, a décidé de demander le divorce –, Ben s’embarque avec Tang dans une quête à travers tout le pays afin de ramener le robot à son propriétaire. Tendre et malicieux, drôle et manipulateur, Tang apprend vite. Et si, sous le vernis écaillé de l’intelligence artificielle, se cachait un vrai cœur ? Et si, au bout du chemin, Ben trouvait bien plus que ce qu’il pensait chercher ?


Pourquoi ce livre ? Inscrit dans mon ABC Imaginaire 2018, je dois dire que ce livre a atterri dans ma PAL juste pour valider mon I. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai lu ce roman aussi rapidement, par crainte de ne plus en avoir envie si j’attendais trop longtemps.

Si je n’attendais pas grand-chose de cette lecture, j’en ressors quand même déçue…

Le départ s’annonçait parfait, pourtant. Ben, un humain totalement perdu dans sa vie, sans travail ni but défini, découvre un vieux robot dans son jardin, comme l’indique le titre. Cette nouvelle présence dans son ménage avec Amy va aggraver leur relation déjà mise à l’épreuve. Et Ben va perdre le dernier lambeau de raison qu’il lui restait au même titre que sa femme. Entre temps on apprend que le robot se prénomme Tang et qu’il a un problème d’huile, qui risque de lui faire perdre la vie – si je puis dire, pour un robot. Débute alors un road trip en Amérique pour retrouver un réparateur adéquat.
Tout s’annonçait parfait, je m’attendais réellement à un road trip débridé avec des rebondissements pertinents, des péripéties délurées et cocasses. Et en fait non, le ton est lourd, l’intrigue est plate, l’auteur n’a rien mis en scène qui aurait aiguisé mon intérêt si bien que j’ai fini par sauter des passages entiers sans y jeter un œil. Autant dire qu’il ne faut pas vraiment que vous vous attachez entièrement à mon avis pour juger si ce livre vous plaira ou non.
Il y a un robot dans le jardin pose toutefois quelques observations et hypothèses à propos de notre société sur le rapport entre humains et robots. Certaines scènes peuvent paraître tout à fait obscènes quand d’autres sont porteuses d’espoir quant à cette relation. Ce livre se concentre avant tout sur le social, délaissant le côté aventure.
La fin en est d’ailleurs le parfait exemple. Si la note n’est pas entièrement positive, cela reste une belle fin avec une promesse d’espoir et c’est le souvenir que j’en garderai.

Les personnages ne m’ont fait ni chaud ni froid. Ben manque de personnalité, il est plat, manipulable, bref le type tout à fait antipathique à mon sens. Dans la même veine, Tang est un petit robot mignon mais tout à fait manipulateur, je le vois un peu comme le Chat botté de Shrek, avec les yeux mignons, etc. De ce fait, je n’ai accroché à aucun des deux personnages principaux, autant dire que ça ne m’a pas aidé à avoir envie de m’attarder sur cette lecture.

La plume est également très froide. Si le livre se lit plutôt vite, les pages se tournant toutes seules, je ne peux pas dire que j’ai beaucoup adhéré au contenu...


     Un livre pour lequel je n’ai pas du tout adhéré. L’ensemble manque de sentiments et d’actions. Certes, je ressens un certain intérêt dans le rapport entre l’humain et le robot, c’est le cœur et l’enjeu du récit. Mais ça manque cruellement de péripéties pour relever l’intérêt. Bref, je suis passée totalement à côté de ce roman, je m’en veux un peu mais cela arrive… 



06/20





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire