20 nov. 2016

Fablehaven, tome 2 - La Menace de l'Etoile du soir



         
   

Dès la fin de l'année scolaire, Kendra et Seth sont de retour à Fablehaven, incroyable refuge pour créatures fantastiques, dont leurs grands-parents sont les gardiens.
Grand-père Sorenson y a invité trois experts : un maître en potions, un collectionneur d'objets magiques et une chasseuse de créatures étranges. Ils ont pour mission de protéger Fablehaven de la maléfique Société de l'Étoile du Soir, déterminée à mettre la main sur un artéfact d'une grande puissance dissimulé au cœur du sanctuaire.
Le temps est compté. Si l'Étoile du Soir parvient à ses fins, ce sera un désastre pour tous les sanctuaires du monde... et peut-être pour la Terre entière !





       
       

       Dire que ma lecture du premier tome date déjà de 2014, c’est fou ce que le temps passe vite. On lit plein de choses entre deux, mais on a l’impression de ne pas avancer dans la découverte de l’imaginaire ! Bwef, trêve de pessimisme, passons à mon avis plutôt tranché sur ce second tome.

       Je dois dire que je gardais un souvenir assez vivace de l’intrigue du précédent volume. Si les noms m’échappaient, je me savais capable de situer les personnages et le contexte. Et, si le début ne propose aucun rappel précis, ce fut réellement le cas.
       Bien sûr, l’auteur ne laisse pas son lecteur dans le flou, il ajoute quelques détails du tome précédent pour situer tel ou tel personnage qu’on ne revoit pas ici, mais cela ne coupe pas notre lecture, ce qui est déjà un bon premier point à mon sens.

       Comme l’indique le titre, ce tome tend à rendre tangible la menace pesée par la Société de l’Etoile du Soir. Dés le début nos deux héros, Kendra et son petit frère Seth sont confrontés à la menace, certes de manière assez loufoque mais non pas moins réaliste. Par la suite ils sont directement poussés au cœur du danger, envoyés à Fablehaven sous la demande des fameux Grands-Parents, Stan et Ruth.
       Par la suite, l’intrigue se met lentement mais sûrement en place. Les différents personnages comme Vanessa ou Tanu sont présentés au même titre que leur profession particulière, en rapport avec la sauvegarde de Fablehaven et autres jardins du même genre. A dire vrai, ce long procédé fut selon moi un peu trop mou, l’auteur aurait pu alterner avec de petites actions qui auraient permis de noyer les différents jalons la masse. Au lieu de cela, l’intrigue débute réellement passés les quarante premiers pourcents, ce qui est parfois frustrant.
       De plus, comme j’ai pu le faire comprendre ci-dessus, certaines clés de l’action finale sont trop mises en avant, à tel point que cette fin est prévisible à souhait. On devine comment le tout va finir, comment Kendra et Seth remettront la situation en place, etc. Je dois dire que même la révélation finale était pour moi une certitude, j’y pensais déjà au début de l’intrigue, quand les pré-adolescents ont rencontré le Sphinx. Mais bon, pour ceux qui n’ont pas encore lu la saga, je tairais tout ça, promis !
       Le final est explosif, un peu trop même. Alors qu’on se traînait en longueur jusque dans les soixante pourcents, la suite prend une tournure beaucoup plus vive et si on ne peine jamais à suivre là où l’auteur veut en venir, la fureur des rebondissements a parfois amené mon exaspération. Bien sûr, je ne parle là de rien de très violent, juste que l’auteur a parfois voulu en faire trop. Après, ses choix narratifs restent assez cohérents, juste que tout traîne en longueur, même l’action à la toute devient barbante. Mais je ne doute pas que cela plaise à jeune lectorat, du moment qu’il a au moins douze ans (violence, sang et frissons garantis !).
       Pour résumé, l’intrigue aurait pu selon moi démarrer bien plus vite et gagner régularité rythmique. J’ai tout de même passé un bon moment et il est certain que je passerai à la suite un de ces quatre, même si je n’en fais pas une priorité.

       Les personnages ont peu évolué depuis le tome précédent. Si Kendra a quelque peu gagné en maturité comme en pouvoirs féériques, Seth est quant à lui resté le même, impertinent et par conséquent drôle. Je dois même préciser que sa témérité à la limite du casse-cou contrebalance agréablement avec, parfois, l’agaçante Kendra, plus réservée et réfléchie.
       Les Grands-Parents sont ici davantage dans l’ombre, ce qui n’est pas plus mal. Désireux de préserver les enfants de tout danger, ils auraient probablement entravé l’intrigue, et là on aurait clairement sombré dans l’ennui total.
       Quant au traître qui parcourt les mêmes pièces que nos valeureux héros, il fut pour moi trop facile à démasquer, les détails pour l’identifier étant trop nombreux. Si ça a légèrement gâté mon plaisir, ça n’a pas non plus descendu mon appréciation.

       Quant au style de l’auteur, il fut reconnaître que ça se lit très facilement. D’un autre côté, cette saga se destine avant tout à un jeune public donc il vaut mieux, mais Brandon Mull parvint à entraîner un public plus mature dans le sillage de ses pensées, pour une lecture détente, idéale entre deux lectures plus difficiles.

       En conclusion, les personnages présentent une cohérence dans leur caractère qui fut grandement appréciée. En revanche, l’intrigue présente des irrégularités de rythme parfois agaçante, souvent décevante. La plume simple et fluide rehausse heureusement le tout et on passe un bon moment, même si je ne me jetterai pas sur la suite.


15/20





Les autres titres de la saga :
2. La Menace de l'Etoile du Soir
3. Le Fléau de l'Ombre
4. Le Temple des Dragons
5. La Prison des Démons
- saga terminée -



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire