27 janv. 2017

La fille de Laiden



   


Angleterre, 1343 Orpheline de mère, Aishlinn est élevée par son père et ses frères, des êtres durs et cruels. Sa vie change à jamais la nuit où, confrontée à la terrible violence d’un homme, elle croit commettre l’irréparable et se voit contrainte de fuir son pays. Seule, à cheval, elle prend la route de l’Écosse. Son destin prend de nouveau une tournure inattendue lorsque, à bout de force, elle est secourue par une bande de guerriers Highlanders, menée par le redoutable Duncan McEwan. Mais elle découvre bientôt que si ce dernier est un féroce guerrier, il n’en est pas moins un homme bon et respectueux qui fait le vœu de la protéger. Entourée des Highlanders, Aishlinn reprend goût à la vie et découvre peu à peu que, loin d’être ordinaire et insignifiante comme elle le croyait, elle possède une force et un charme qui séduisent les hommes. Parviendra-t-elle à échapper aux Anglais lancés à sa poursuite ? Doit-elle résister à l’attirance irrépressible qui la pousse vers Duncan ? Au milieu des paysages sauvages des Highlands, Aishlinn, la fille de Laiden, va devoir faire face à son destin.



     
        Je tiens à remercier la plateforme NetGalley et les éditions AmazonCrossing pour ce partenariat !

       Je dois dire que ce roman n’appartenait pas à mon genre fétiche, pourtant la couverture et le résumé m’ont tentée et je me suis donc lancée dans ce tout nouveau partenariat.
       Malheureusement je n’ai pas su apprécier cette lecture et l’ai même abandonnée…

       La fille de Laiden relate l’histoire d’une adolescente qui n’a pas eu la chance de naître dans des conditions favorables. Enfin, si, jusqu’à ce que son père disparaisse et que sa mère écossaise épouse un roi anglais, sévère et dépourvu d’amour.
       Le prologue nous plonge directement dans l’horreur de la situation, où Aishlinn devient orpheline alors qu’elle n’était qu’une enfant. La suite du récit la montre sous un nouveau jour, plus vieille, plus déterminée. Sa jeune vie ne sera que choix et décisions dont elle devra peser les conséquences. Ces derniers la mèneront dans les Highlands, les terres de ses origines, où pointent déjà le nez d’une romance alors que nous sommes à 15% seulement.

       A ma tournure de phrase, vous avez dû comprendre à quel point tout allait trop vite pour voir. Si je ne suis pas une fana des romances, je suis tout de même capable d’en apprécier une quand tout se déroule en douceur. Là, ça puait tellement à des kilomètres que ça m’a tout de suite découragée.

       Les personnages me semblent également clichés. La petite chose fragile, Aishlinn, qui rencontre le grand ours au cœur nuageux, c’est tellement peu crédible que j’avais envie de rire en le lisant.

       Quant à la plume, elle m’a laissée totalement de marbre. Une fois de plus (et je le formule ainsi car c’est la deuxième fois consécutive où c’est le cas), ça manquait de personnalité et de limpidité.

       En conclusion, une lecture que je n’aurai pu terminer. Les personnages sont stéréotypés, la romance se sent à plein nez, l’intrigue semblait creuse. J’ai essayé mais ce ne fut pas pour moi…





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire