17 janv. 2017

Le Tartuffe - Le Misanthrope



         
         Tartuffe, un faux dévôt, entre dans la famille du riche bourgeois Orgon et tente de prendre le contrôle des esprits à des fins personnelles. Orgon se laisse faire, jusqu'à céder des choses impensables. Pièce sur l'hypocrisie, la fausse dévotion et la crédulité.



       
      Ayant lu L’Ecole des Femmes au semestre précédent, je savais que les pièces de Molière me plaisaient sans remporter toutefois le franc succès. Ce fut également le cas ici.
      
       Les pièces ne m’ont donné aucun ressenti. Je sais qu’habituellement, je préfère le théâtre vu au théâtre lu et la tendance s’est une fois de plus confirmée.
       Le Tartuffe relate l’histoire d’un homme prêt à tout pour monter en pouvoir et prendre le contrôle d’une famille, jusqu’à épouser une pauvre fille pour s’assurer un héritage conséquent. Grande preuve d’immoralité à l’époque, je me doute que l’impact de la pièce ne fut pas identique à celui que l’on connaît aujourd’hui, toutefois j’ai eu du mal à prendre part à la vraisemblance. Ce fut donc une lecture tranquille, mais pas transcendante.
       Le Misanthrope met en scène des amourettes où une certaine Célimène se voit confronter au choix de son mari. Amante d’Alceste, ce dernier se révèle être un parfait goujat et les envies et désirs évolueront au cours de l’œuvre. Là encore, le sujet ne m’a pas embrassée et je suis restée distante.

       J’ai toutefois trouvé que dans l’une comme dans l’autre, les pièces gagnaient en rythme, ce qui fluidifiait la lecture et accrochait la curiosité. Ainsi le contenu est-il moins bon que la forme, que je prends toujours plaisir à retrouver dans les pièces.

       En conclusion, une lecture qui ne laissera pas un goût impérissable. Les thèmes m’ont laissé indifférentes mais j’ai tout de même apprécié le style et le rythme.

11/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire