20 janv. 2017

Moralités légendaires



         
   

Le plus tendre, le plus séduisant, le plus funambulesque des écrivains fin de siècle. Hamlet, Lohengrin, Pan, Persée, Salomé sont les héros des Moralités légendaires ; dépouillés de leur défroque de mythologie ou d'histoire, ils évoluent dans un monde irréel dont l'invraisemblance et la fantaisie relèvent à la fois de la fable philosophique et de la loufoquerie d'un canular de potache. Contemporain de Jarry et de Verlaine, ami de Seurat et de Fénéon, Laforgue, mort phtisique à vingt-sept ans, a été un des princes de l'absurde et le Gérard de Nerval de l'esprit décadent.


            
    Lu dans le cadre de mes cours, je prédis que cette critique sera courte étant donné mon interprétation quasi nulle des différentes nouvelles.
           
       Oui, je considère ce roman comme un recueil de nouvelles. En réalité, les différentes œuvres abordées sont plutôt réécrites par Laforgue, qui réinvente une situation dans le but d’aboutir, comme le laisse entendre le titre du livre, à une morale vis-à-vis de chacun d’eux.
       Un problème se pose néanmoins. Parce que si les morales sont suffisamment sympathiques pour qu’il y ait un réel intérêt à lire ce livre, il est tout de même recommandé de connaître les œuvres abordées pour comprendre la volonté de Laforgue, ce qui n’était pas mon cas hormis la nouvelle sur Salomé. (Vous pouvez ainsi comprendre pourquoi ma chronique sera courte.)
       Les morales, comme je le disais sympathiques, sont toutefois bien connues. Certaines inspirent la méfiance, d’autres sont là pour faire comprendre qu’en empêchant la Faucheuse de se repaître d’un corps, elle ira se venger sur un autre (il faut bien qu’Elle se nourrisse…), ou encore que la monstruosité cache parfois plus de beauté que la beauté elle-même. Aucune surprise donc, même si la manière dont elles sont amenées reste plaisante.

       La plume est également plaisante à lire, ce qui est surprenant. Même si elle est très descriptive, ce qui coupe énormément le rythme, je n’ai ressenti aucun déplaisir à la parcourir.

       Dans l’ensemble, je ne saurai que trop recommander de livre ce recueil de morales progressivement, à une par jour voire plus écartée encore. Ca peut très facilement lasser.

       En conclusion, un recueil de morales sympathiques quoique aujourd’hui on connaisse très bien ces dernières. La plume, fortement descriptive, n’est pas désagréable. Je le recommande à petite dose.


13/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire