30 nov. 2014

La Quête d'Ewilan, tome 1 - D'un monde à l'autre



Synopsis :

            Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l'empêcha de fermer les yeux et elle n'eut pas le temps de crier... Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d'arbres immenses.
-         Te voici donc, Ewilan. Nous t'avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d'achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable...



Mon avis :

            Lu dans le cadre d’une lecture commune, cette série est loin d’être ma première lecture car, vous vous en doutez bien, j’adore cet univers créé par Pierre Bottero.
            J’ai découvert cet auteur lorsque j’avais une dizaine d’années, et j’ai tout de suite été happée par ce monde attirant mais dangereux, l’humour des personnages et ces derniers, justement attachants.

            Le lecteur est plongé dés les premières pages dans l’action et les énigmes que cette dernière suscite. En effet, on se demande comment Camille est capable de telles prouesses, quelles en sont les limites et pourquoi est-elle la proie d’ennemis terribles et puissants ?
Les réponses sont apportées au fil du roman, sans qu’on ait besoin d’attendre le tome suivant, ce qui est un bon point pour moi car il est parfois lassant d’attendre les tous derniers chapitres du tout dernier tome de la saga pour - enfin ! -  découvrir les révélations.

            Les personnages sont très hétéroclites, par rapport à l’âge ou leur capacité, et attachants à leur manière.
Camille, personnage majeur au centre de l’intrigue, est une gamine de treize au quatorze ans. Elle a déjà un sacré caractère pour son âge, avec une âme de meneuse, prenant le pas sur son meilleur ami Salim, et fait face aux nouvelles qui l’accablent avec un aplomb étonnant pour son âge. Je pense que l’auteur aurait du davantage la rendre effondrée par rapport à ce qu’elle apprend, mais cela ne dénote jamais dans le texte et c’est finalement qu’un petit détail sans réelle importance.
            Salim, lui, est un jeune garçon très souriant et taquin, le lecteur ne peut qu’adhérer à son caractère comique, voire bouffon. Affublé des surnoms de « crustacé » ou « mollusque », il détend l’atmosphère dangereuse du roman, amenant l’hilarité là où le lecteur devrait être tendue, offrant une certaine légèreté appréciée.
            Dans la même idée, Bjorn est un chevalier au grand cœur, qui amène le rire tout autant que Salim.
            Edwin, meneur d’homme, incarne le sérieux à outrance. Enigmatique à souhait, on apprend peu à peu son statut dans la société gwendalavirienne et l’on ne peut qu’être impressionné !
            La petite trouve se compose également d’un vieil analyste, maître Duom, assez sec au premier abord mais finalement compréhensif. Il fait tout pour aider Camille à comprendre son véritable don.
            Et enfin… Ellana. La Marchombre. Plus énigmatique encore qu’Edwin. Tellement énigmatique que je n’en dirai pas plus sur elle, par peur de spolier sur la suite.

            L’action est présente à tout moment. Comme je le disais, elle débute dés les premières pages et la boucle est bouclée à la fin puisque le tome se termine de la même manière, d’une façon prometteuse et donnant ainsi l’envie de lire directement la suite avec le second tome.
            Certes, certains moments sont plus posés mais cela permet de resserrer les liens entre les personnages, qui s’apprivoisent peut à peu, et d’amener des explications tant appréciées pour leur utilité.
Rien ne dénote jamais dans ce roman et le lecteur se laisse guider par Pierre avec une grande facilité.

            Le style d’écriture est fluide, intense, prenant. Pierre Bottero dirige d’une main de maître ses personnages et l’avancement de son histoire. Les mots employés sont tout simplement magiques et nous font littéralement transportés dans un autre monde. Le lecteur lâche rapidement prise sur ce qui l’entoure pour se focaliser uniquement sur la perle qu’il tient entre ses mains.
Pour un livre classé jeunesse, j’affirme haut et court qu’un adulte peut se complaire facilement en Gwendalavir.


En conclusion, un premier tome prometteur qui introduit les différents personnages de l’histoire et l’intrigue de cette dernière. Le style simple et fluide rend le roman plus attrayant et on ne peut qu’avoir l’envie d’enchaîner avec le second tome, ce que je vais naturellement faire.




Les autres titres de la saga :
1. D'un monde à l'autre
- Saga terminée -

Chroniques des partenaires :

8 commentaires:

  1. Faut vraiment que je tente cette saga ^^

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui, je te le conseille vivement ! C'est un très bon moment à passer (et la suite est encore mieux :D).

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL de décembre, j'espère que je vais autant apprécié que toi.

    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Beaucoup de ceux qui l'ont lu ont apprécié, voire ont eu un coup de coeur ! J'espère qu'il en sera de même pour toi ;)
    Au pire, si tu n'aimes pas trop le premier tome, je te conseille de te forcer à lire le second car il est mieux que le premier :)

    Bonne lecture et bonne soirée à toi aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Cette saga est l'une de mes préférées. Je suis entièrement d'accord avec ta chronique, sur tous les points. C'est ce qui ma donné envie de lire encore et encore, et d'écrire également. Pierre Bottero était un excellent auteur, et ses personnages alaviriens sont vraiment attachants =)

    RépondreSupprimer
  6. Je suis tellement d'accord avec cet article <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, contente que nous partagions le même avis :D

      Supprimer