11 févr. 2017

Les Etoiles s'en balancent



   


Tom Costa est troqueur. Mais pas un rampant, non. En ce futur troublé, il survit. D’une ville-état à l’autre, à bord de son ULM, il chine et glane sa subsistance.
Et puis, il y a San, la douce, la lionne. La famille aussi.
Pourtant, venu du nord, un péril plus grand que les bandes de chiens sauvages, les hors-murs, la famine et les parias le guette.

Agir, pour ne pas mourir. Tandis que, de là-haut, les Etoiles s’en balancent...





     
    Ce livre avait récemment rejoint ma PAL, il n’y a pas fait long feu. Lorsque j’ai appris que j’étais sélectionnée pour le partenariat Livraddict sur la suite indépendante, Les Damnés de l’asphalte, il m’a semblé évident qu’il me fallait lire le livre à l’origine de la nouvelle aventure. Et lorsque j’ai vu les deux et compris que les personnages étaient repris dans cette suite, je me suis dit que j’avais bien fait !

       Ma lecture s’est faite en deux temps.
       Le premier temps concerne naturellement le premier tiers du livre, où il se passe peu de choses. Je me permets de spoiler le premier chapitre, ça risque de vous donner plus envie qu’autre chose ! Nous tombons sur Tom Costa, pilote de famille, en plein vol alors que la nuit est malheureusement tombée. Dans un monde post-apocalyptique, les lumières artificielles ne sont que de vagues souvenirs… Tom Costa doit se digérer à l’aveuglette. Manque de bol, sa machine manque de carburant. C’est la chute. Dans ce noir total, Tom Costa va devoir serrer les fesses pour survivre face aux Hors-Murs et aux meutes de chiens sauvages. La tension monte et retombe avec efficacité.
       Puis plus rien. Le calme plat où Tom Costa nous fait visiter son monde au travers de son regard. Le lecteur appréhende sa ville, son système politique, les inégalités, la faim, le chaos après l’apocalypse. La verve vive de Tom rend la visite saisissante de sarcasmes, pourtant le manque flagrant d’action peine à accrocher notre curiosité, et je reconnais avoir eu un instant de flottement face à cette lecture. Des regrets pour le futur partenariat ?

       Que nenni ! Je me suis accrochée et j’ai bien fait. Le danger approche inexorablement. D’abord lointaine, la menace pèse progressivement sur la conscience du pouvoir en place, finissant par s’intensifier tout d’un coup. Le premier tiers du livre est passé, le lecteur peut enfin savourer !
       Rebondissements sur rebondissements, de surprises en surprise, l’auteur nous entraîne dans les confins de la débâcle humaine, où l’impensable côtoie l’horreur, où l’humanité retrouve la bestialité de l’origine de l’espèce. Le pouvoir est au centre des enjeux, belle caricature de nos systèmes actuels.

       La fin est génialissime. L’action ne s’arrête plus, les cents dernières pages s’avalent comme des petits gâteaux alléchants. Le sarcasme de Tom nous entraîne dans un monde ignoble sans perdre cette note d’humour qui correspond bien au personnage. C’est explosif et fabuleux.
       Je fus quelque peu déçue par l’épilogue. [spoiler] On pensait Nemo décédé et il refait surface dans une piètre tentative de vengeance. Les héros le maîtrisent sur à peine une page. J’ai eu l’impression que Laurent Whale voulait rajouter du piquant avant la fin, mais c’était malheureusement la goutte de trop…[/spoiler]

       Le commanditaire derrière ces attaques ne fut guère une révélation pour moi. [spoiler]Invisible pendant une partie de l’intrigue, on ne savait ce qu’il était devenu si ce n’est au travers de la parole de Kid. De mon côté, j’y ai pensé quasiment dés le début, parce que je trouvais ce personnage trop clean pour être crédible. Eh beh j’avais raison ![/spoiler]

       Il est intéressant de savoir que les débuts de chapitre débutent toujours par une dépêche d’informations de l’époque où eut lieu la débâcle des événements, le terrorisme gagnant du terrain, où le système économique s’effondre, etc. Sans interférer ni couper l’intrigue en cours, cela permet d’avoir une idée sur l’évolution des événements et j’ai apprécié ce format.

       Les personnages diffèrent par leur personnalité, et j’ai vraiment apprécié de voir le travail de construction autour d’eux. Certes, on en voit peu, l’attention se porte toujours sur les mêmes personnes mais cela ne dérange en rien la lecture et l’intrigue gagne ainsi en rythme.
       Tout d’abord, Tom Costa. Un des trois pilotes de sa ville, il a conscience que son don est précieux pour la sauvegarde de cette dernière. Il a conscience également que le pouvoir en place, le maire, n’hésitera pas à l’évincer pour éviter toute autre fuite, comme l’a fait le frère de Tom par le passé. Ce personnage possède un vocabulaire décoiffant et un humour noir qui ont tendu à le rendre sympathique à mes yeux.
       Cependant, Cheyenne restera mon personnage préféré par excellence. Sauvage, ténébreux, indomptable, le lexique ne manque pas pour qualifier ce héros qui n’a guère froid aux yeux. J’admets que la raison pour laquelle il s’attachera à Tom sera assez maigre, mais ma sympathie (bel euphémisme) pour ce personnage ne fera regretter en rien cette décision.
       Le Kid est également un petit bonhomme attachant. Il ne manque pas de fougue et de courage, et sa témérité le plongera à maintes reprises dans ses situations compliquées. Débrouillard comme un gosse ayant vécu dans les rues, il saura mettre à profit sa ruse et son savoir pour dépasser tout obstacle.
       Armand est le personnage énigmatique par excellence. On apprend peu de chose sur lui, si ce n’est qu’il considère les livres comme des trésors (ce qui tend à le rendre sympathique) et, par conséquent, son savoir sur l’histoire du monde et les techniques de notre ère est sans fin. Ses conseils sont appréciés par le pouvoir, si bien qu’il occupe une place suffisamment importante pour s’assurer la préservation de sa « famille »
       San, l’artiste plein de rêves, la furie. Sa personnalité est changeante, pourtant elle fait preuve d’un optimisme constant et d’une sauvagerie féminine qui m’a bien plu. Sachant qu’elle est très peu présente dans le récit, cependant chaque apparition est synonyme d’explosion.
      
       La plume est, comme je l’ai déjà fait remarquer, explosivement efficace. L’auteur a choisi un narrateur subjective donc une vue à la première personne pour rendre son texte vivant mais cela va bien plus loin. C’est décoiffant d’humour noir et de sarcasmes. Le début est long, mais l’intensité crescendo de la plume valait toutes les peines du monde !

       Le titre n’est compréhensible qu’à la fin du livre. Et à ce moment-là, toute l’horreur de notre espèce nous saute aux yeux. Une horreur si prenante que les entités divines ne pourront rien faire pour pardonner. Eh oui, les étoiles s’en balancent, les possibles dieux aussi.

En conclusion, malgré un début difficile, Laurent Whale promet une vague d’émotion interprétée par une plume drôlement efficace. L’action est poignante, la critique est partout, l’univers est riche quoique les causes de ce résultat sont très peu évoquées, pourtant on savoure ce petit bijou de la Science-fiction française, et on en demande à nouveau ! Y’a plus qu’à se jeter sur Les Damnés de l’asphalte !

Et en petit bonus, une phrase qui m’a bien fait rire 
lorsque Tom parle de Cheyenne:


« En attendant, son catalogue d’insultes les habille pour l’hiver. »



17/20




6 commentaires:

  1. Je suis content de voir que d'autres personnes ont appréciés ce livre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de ne pas apprécier un roman aussi bon ! Je viens de commencer la suite indépendante, c'est encore meilleur ! ;-)

      Supprimer
    2. Oui j'ai vu sur Livraddict que tu avait fini la suite, je l'ai acheté le jour de la sortie chez folioSF mais pas encore eu le temps de le lire, ça ne saurait tarder !

      Supprimer
    3. Je ne peux que te conseiller de te jeter dessus ! Malgré quelques défauts, ce fut pour moi un coup de coeur ! Une fois dedans, impossible de le lâcher ! J'espère qu'il te plaira tout autant qu'à moi =)

      Supprimer
  2. Cette série me fait vraiment de l'oeil! J'ai hésité à postuler pour sa suite mais je savais que je n'aurais pas eu le temps de lire le T1 si j'avais été sélectionnée... Mais du coup, je suis contente de lire un bon avis sur ce premier tome! J'espère que la suite sera à la hauteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être franche, même si je la dévore c'est une série qui se savoure, ça aurait été dommage de découvrir ce premier "tome" en étant stressée par une date butoir. Personnellement j'ai tenté le coup car je sais que j'avale les romans de l'Imaginaire comme des petits pains au déjeuner donc ça ne me dérangeait pas, mais c'est encore mieux de les découvrir tout en douceur ;)
      En tout cas, j'espère que tu les liras un jour car ils valent largement le coup ! =)

      Supprimer