13 nov. 2019

Les Archives de Roshar, tome 1 - La Voie des rois, première partie




Sur les traces des grands maîtres. Roshar, monde de pierres et d’orages. D’étranges tempêtes de pouvoirs balaient les terres accidentées tellement souvent, qu’elles ont influencé l’écologie et la civilisation. Les animaux se cachent dans des coquillages, les arbres rentrent leurs branches et l’herbe se rétracte dans le sol. Les cités sont construites uniquement où la topographie offre une protection. Des siècles ont passé depuis la chute des dix ordres consacrés connus sous le nom de Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers quasi invincibles, sont toujours là. Des royaumes sont échangés contre ces objets, des guerres sont menées en leur nom et gagnées grâce à eux. Une de ces guerres se déroule sur le paysage dévasté qu’on appelle les Plaines Brisées.



Pourquoi ce livre ? Brandon Sanderson est un auteur sur j'apprécie beaucoup, probablement un des auteurs de l'imaginaire étranger que je préfère. J'ai fini récemment la saga Fils-des-Brumes, une trilogie coup de cœur. J'espérais retrouver cet engouement dans ce nouvel univers que l'auteur décrit comme sa plus grosse oeuvre.

Pour ceux qui ne le savent pas, les éditions françaises ont découpé les tomes vo en deux à un endroit demandé par l'auteur lui-même. Si j'apprécie qu'ils aient suivi les prérequis de l'auteur, je suis lasse de ces découpages qui ne servent à rien. Bref, le premier volume compte cinq parties et on s'arrête en plein milieu de la troisième.
Et pour en finir sur les parties, outre le fait qu'elle ne spolient pas le contenu par un titre (comme les chapitres), elles précisent quels personnages on sera amené à suivre dans ladite partie, ce qui m'a beaucoup plu.

Pour entrer dans le vif du sujet, La Voie des rois est un excellent tome introductif. Excellent car justement l'auteur ne s'embarrasse pas d'explication qui alourdirait le texte dès le début. De fait, on découvre deux personnages, Kaladin et Shallan, après un prologue qui met l'eau à la bouche puisqu'il présente un premier type de magie lié à la gravité. Les personnages se trouvent dans des situations complètement différentes : le premier est un soldat, chef d'une troupe et homme d'armes reconnu ; la deuxième est une jeune femme de noble famille en faillite. Pour sauver la réputation de son nom, elle devra convaincre une princesse de la prendre sous son aile dans son travail de compilation d'ouvrages, et ce pour se rapprocher d'un petit objet.
Puis on découvre d'autres héros comme Dalinar et son fils dont le nom m'échappe, haut-prince au devant de la guerre et ennemi de Saleas.
Tous ces personnages permettent une exposition de l'univers dans des contextes particuliers qu'on apprend à apprécier. J'ai beaucoup aimé l'alternance qu'offrait les parties car finalement les choses évoluent peu, or changer les points de vue permettait de ne pas s'ennuyer.

Si mon plaisir est sincère, j'admets même avoir pris grandement mon pied, j'étais quelque peu perplexe voire perdue dans le lexique propre à l'univers. C'est de la fantasy et l'auteur a tout inventé, de l'appellation des peuples aux usages de la monnaie et de la magie. La pause nécessaire pour s'attendre entre binôme de lecture commune n'a pas aidé, mais il faut reconnaître que certains points manquent d'explications (qui viendraient dans la seconde moitié selon les précisions de certains livraddictiens !).

La fin est donc cruelle, non pas pour les personnages mais pour les lecteurs qui ressentent la frustration d'être interrompu en si bonne compagnie. Cette première partie m'a convaincue à 100 % et c'est seulement l'attente d'une période plus propice à se poser pour ma binôme qui nous a empêchées d'enchaîner avec la seconde moitié.

Les personnages sont grandioses. Simples, attachants, avec des qualités et des faiblesses, ils ont tout des héros d'antan avec de vraies valeurs. De fait ils sont attachants car on perçoit qu'ils peuvent flancher à tout instant, avec leurs doutes et leurs séquelles. Même les plus vieux rencontrent des obstacles même s'ils revêtent le masque de l'assurance.
J'ai donc beaucoup aimé Kaladin et sa sprène, dans la mise en place les pousse toujours plus loin vers quelque chose de grandiose. J'ai aimé Dalinar et sa détermination à nager à contre courant. J'ai aimé Shallan, qui cache bien son jeu, et la clarissime Jasnah. J'ai hâte d'en savoir plus sur chacun d'eux !

La traduction est des plus agréables. Je ne sais ce que cela donne en langue originale mais Mélanie Fazi parvient à donner une fluidité à cette lecture de sorte qu'on adhère aisément à cette lecture.



C'est simple, une fois bien dedans il est difficile de relever le nez ! Cette légèreté du style dans un univers fouillé promet une saga des plus passionnantes ! Les personnages sont attachants à souhait, avec des secrets et des mystères qui promettent de sacrées aventures. Cet univers est déjà un cocon douillet dans lequel j'aime déjà me glisser, il me tarde d'y revenir pour la suite de ce premier tome.



17/20




Les autres titres de la saga :
1. La Voie des rois, première partie
2. La Voie des rois, deuxième partie
3. Le Livre des Radieux, première partie
4. Le Livre des Radieux, deuxième partie
3. Justicière, première partie
3. Justicière, deuxième partie
- saga en cours -


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire