22 nov. 2014

Les Âmes Croisées

Synopsis :

"Qui veux-tu être, Nawel ? Qui veux-tu vraiment être ?"

Elle le savait désormais.

- Je me nomme Nawel Hélianthas...

Un vœu, un simple choix, possédait-il le pouvoir d'orienter une existence entière ?

- Je sollicite le droit et l'honneur de revêtir...

Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clé ?

Mon avis :

            Lu dans le cadre d’une lecture commune avec mon homme, ce n’est pas la première fois (et sûrement pas la dernière non plus) que j’ai lu Les Âmes Croisées de Pierre Bottero. Cet auteur m’a plongée dans le monde de l’imagination et j’aime retourner aux sources, pour me rappeler mon enfance, période à laquelle j’ai lu ses toutes premières œuvres.

            Les Âmes Croisées relate une histoire tout à fait magnifique. On assiste à l’éclosion d’une jeune fille, devenue adulte trop rapidement et qui cherche sa place dans un monde où les parents choisissent la destinée de leurs enfants sans leur laisser le choix de refuser.
            Mais Nawel est différente. Sous ses grands airs rebelles se cache une jeune fille qui ne s’assume pas et ne se pardonne pas ses erreurs. Son côté autoritaire et prétentieux ne lui attire pas la sympathie du lecteur au premier abord, elle m’a moi-même énervée un bon nombre de fois, et pourtant on finit par s’attacher à elle et à ses coups de tête. Il est rare que Pierre mette en avant un protagoniste repoussant par son caractère sévère mais il y parvient ici avec brio et, malgré les débuts hostiles envers Nawel, la fin du roman ne peut que susciter pitié et encouragements de la part du lecteur.
            Les autres personnages sont tout aussi différents : la douce Philla, meilleure amie de Nawel. Son côté naïf m’a quelque peu dérangée au tout début puis finalement on s’attache à elle et à ses rêves d’adolescentes, en espérant qu’elle parviendra à ses fins ; Ergaïl, meilleur ami de Nawel également et futur roi, il est ambitieux et imbu de lui-même, mais au fond il a un cœur d’or et n’hésite pas à aider les autres (et même les Cendres !).
            Et puis… Les Armures. On ne les compte pas comme caste, mais ils appartiennent à ce monde et dégagent un profond respect auprès des gens qu’ils rencontrent. On pourrait les assimiler aux Marchombres, croisés dans les Ewilan et Le Pacte des Marchombres, mais leur pouvoir réside dans leur efficacité et la précision avec une armure… différente de ce que l’on connait jusqu’à maintenant. Mais l’idée de ces armures est digne d’un roman de Science-Fiction ! Les Armures sont une grande famille et chacun, avec son caractère et ses aptitudes différents, resserre les liens de leur unité.

            L’auteur nous dresse également un monde divisé en deux unités : la domination des Perles face à la soumission des Cendres. Rien que le nom de ces partis m’a révulsée, au début de l’œuvre. Mais au fond, Pierre s’amuse à dépeindre notre propre société, dominée par les politiques et les riches… Il nous fait donc ouvrir les yeux sur notre propre vie – du moins, si le lecteur ne s’était pas rendu compte de cela avant !
            L’intrigue est jalonnée par des moments de réflexions intenses et de l’action, bien que cette dernière soit moins présente que dans les Ewilan. Mais par ses jalons, la personnalité de Nawel évolue et, avec cette évolution, les chemins de son avenir nous apparaissent avec de plus en plus de netteté.

            Le livre se dévore très facilement. Trop facilement.
            Le style d’écriture, simple et fluide, est plein d’énergie et de vivacité, adapté aux plus jeunes comme aux plus vieux d’entre nous. Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer, il est happé par la force des mots, le style de rédaction, réellement propre à cet auteur, et par la profondeur des personnages.
            On ne peut que se laisser entraîner aux côtés de Nawel, priant finalement pour qu’elle trouve sa voix. Jusqu’à la fin.

            Le début du livre m’a arrachée une larme… Une autre au milieu… En lisant la fin à voix haute pour mon homme, je me suis tout simplement effondrée. Magnifique et prometteuse, Nawel n’évoluera plus…
            Pierre Bottero avait préparé de nouvelles aventures avec beaucoup de brio et, malheureusement, on ne la connaîtra jamais. Le lecteur ne peut que seulement l’imaginer.

            Tout de même… Un grand merci. Pour tout…


            En conclusion, vous l’aurez compris, c’est tout simplement un coup de cœur pour cette ultime œuvre du grand Pierre Bottero, qui aura contribué à redorer le blason de la Fantasy française.




1 commentaire:

  1. Je ne l'ai pas encore lu mais je compte bien ! Surtout si c'est un livre de Pierre Bottero ;)

    RépondreSupprimer